Assurer la ressource de demain en Bretagne et Pays de la Loire

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Stéphane Miget reçoit Michel Hamon, président de l’interprofession bretonne Abibois, Olivier Ferron, délégué général d’Abibois, Nicolas Visier, délégué général de l’interprofession Atlanbois et Hervé Drouin, directeur adjoint de Drouin SA. Ils nous parlent des dispositifs mis en place pour assurer la ressource de demain.

« Breizh Forêt est un programme qui vise à reconquérir des terres abandonnées par l’agriculture ou pour transformer des peuplements pauvres qui n’ont pas de valeur économique pour les transformer en forêt de production. La région, via des financements européens, va apporter une aide pour permettre de nettoyer les terrains et assurer un boisement en adéquation avec les sols. L’objectif est de préparer la production de demain, de planter des essences qui pourront permettre de remplacer les essences importées. Nous allons arriver à 500 hectares avec le deuxième appels à projet. On est sur un objectif de 4 000 hectares d’ici à 2020. »

« Sur la partie Breizh Forêt, nous avons investis 10 millions d’euros pour les 6 ans et 20 millions sur Breizh Bocage. Le bocage représente une valeur paysagère. Nous travaillons également sur un Appel à Manifestation d’Intérêt appelé Dynamique Bois qui vise à faire de l’animation pour lancer les propriétaires dans une démarche de sylviculture. »

« On ne plante pas assez de peuplier pour l’avenir. Ce que l’on ne plante pas aujourd’hui, on ne l’aura pas dans 20 ans. C’est pourquoi, nous avons mis en place des actions politiques. Si rien n’est fait, tout un pan de l’économie va disparaître. Le Conseil National du Peuplier a mis en place la campagne « Merci le peuplier » qui permet aux industriels d’aider les propriétaires à reboiser en leur apporter une aide financière de 2,50€ par plan forestier sachant qu’un plan coûte environ 4€. Il y a maintenant des centaines d’hectares reboisés grâce à cette action. Il y a une réussite mais s’il n’y a pas d’action politique, notre action sera à moitié réussie. »

« L’AMI Dynamique Bois financée par l’Ademe vise à aider à approvisionner des chaufferies bois à partir des taillis pauvres. »

« Avec La Forêt Bouge, on veut mettre à disposition des professionnels des outils qui vont faciliter la vente de parcelles de bois, savoir où on peut trouver des essences. Il y a des outils cartographiques qui pourraient être proposés. On a besoin de faciliter ce travail et ramener de la transparence dans la forêt. »

« Il faut rappeler que couper du bois fait du bien à la forêt. Il faut avoir cette dynamique vertueuse. »