Le bois, un métier d’avenir

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

La formation est essentielle pour l’avenir des métiers du bois. Tour d’horizon. Les formations en alternance, la formation continue…

Avec la participation de :

  • Bénédicte Muller, Fibra
  • Ludovic Viloux, Ecole Supérieure du Bois
  • Christian Fanguin, Bois PE

Bénédicte Muller : « Fibra est l’interprofession de la filière bois en Rhône-Alpes. Nos missions sont de développer la filière, d’accompagner les entreprises, de promouvoir le bois dans la construction. Ma mission sur l’emploi et la formation est de promouvoir l’emploi auprès des jeunes, de promouvoir les formations initiales et continue. Les problématiques sont liées à l’image des métiers. On a 2 000 jeunes en formation sur la région. Certaines filières de formation ont du mal à recruter des jeunes. Pour un jeune diplômé, il y a 7 offres d’emploi sur la région dans les métiers de la scierie. Il faut également travailler sur l’image du métier de bûcheron qui a beaucoup évolué. On a le site internet metiers-foret-bois.org. On sollicite les entreprises pour qu’elles ouvrent leurs portes aux jeunes. Il faut que le monde de la formation aille dans le réel du terrain. Au niveau national, nous travaillons sur l’attractivité des métiers grâce à France Bois Forêt, le ministère du travail et la DHUP grâce auxquels on va pouvoir développer des actions de communication. »

Ludovic Viloux : « L’Ecole Supérieure du Bois est une école d’ingénieurs basée à Nantes créée par les industriels de la filière bois plutôt issus de la première transformation. L’ESB représente plus de 380 étudiants dont un tiers d’alternants. On couvre tous les secteurs de la filière bois. Nous proposons du BTS, des licences pro et le niveau ingénieur. Les entreprises ont des besoins de compétences en matière d’ingénierie sur l’innovation au sens large, le produit, le process ou le marché. La formation en apprentissage est sur 3 ans. L’objectif était d’avoir des temps assez long en entreprise pour que les étudiants puissent aller au bout de leur mission. Les premiers diplômés sortiront au mois de décembre avec 90% de réussite. Le bois est un matériau un peu compliqué et les industriels ont besoin d’avoir des ingénieurs pour connaitre ce matériau. A l’ESB, les formations vont évoluer de par le retour d’expérience des entreprises. Pour les entreprises, nous avons créé une structure qui fait de la formation sur la conception des bâtiments notamment les Eurocodes et l’acoustique. »

Christian Fanguin : « Bois PE est un centre de formation autour de la construction bois et l’ossature bois. Nous avons un plateau technique de 9 bâtiments en ossature bois. Il permet de proposer à tous les corps de métiers de se former à des techniques très spécifiques. On a un parcours métiers de 11 jours. En France, il y a une grosse culture de la charpente. Il y a un véritable besoin de formation en construction bois quelque soit la taille de l’entreprise. On reçoit à peu près 150 entreprises par an. On a deux groupes importants : les menuisiers charpentiers et les charpentiers couvreurs. Nous avons également une formation au logiciel de dessin 3D. On essaye de lever tous les freins techniques à la construction bois. Nous éditons des ouvrages de manière à diffuser le savoir-faire sur un public le plus large possible. On fait un peu de R&D et on injecte ça dans la formation. Il y a beaucoup de progrès à faire. Il y a encore une méconnaissance de toute la chaine. »

Ajouter un commentaire