Le lycée international de l’Île de Nantes 25 000 M2 de bois

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Maï Haeffelin, vice-présidente au Conseil régional des Pays de la Loire et Anne Carcelen, architecte /directrice de l’agence F.Leclercq nous parlent du projet du lycée international de l’île de Nantes.

Maï Haeffelin : « Nous avons choisi le bois parce que c’est une filière très présente en Pays de la Loire. Il y a une volonté de l’ensemble des acteurs d’utiliser le bois. Il était imposé dans le cahier des charges que par m2 de surface SHON il y ait 40dm3 de bois. Nous avons mis des essences locales. On ne peut pas imposer que les entreprises soient du territoire. On a mis en place ce qu’on appelle « design résidentiel ». Le mobilier a été fait avec des entreprises de la filière bois. On a conçu du mobilier spécialement pour la vie de cet établissement. Il y a le visible c’est un bâtiment qu’on remarque. Mais il y a aussi tout le travail qui a été fait en aménagement intérieur. Pour le lycée Eric Tabarly, nous avions eu plus de problème pour l’approvisionnement en bois local. Le bâtiment B est également un bâtiment exemplaire et très important dans la filière. Ce sont des bâtiments dont on parle. »

Anne Carcelen : « On a été sélectionné car nous avions quelques belles références en bois. Ce qui est intéressant dans le bois, c’est qu’il a plusieurs atouts. Le bois s’impose parce qu’il a des qualités. La structure bois est plus légère. Sur l’Ile de Nantes, nous avions des fondations profondes et donc très couteuses. La mise en oeuvre rapide est également une qualité parce que le chantier devait durer 19 mois. Nous avons dû inventer des systèmes pour industrialiser sur site la pose. Du point de vue de la conception architecturale, le bois permet de faire de grandes portées. Le bois a une notion de chaleur et de lumière. On a structure bois, des façades bois et une nef recouverte de verrières. C’est un bâtiment Bepos. La vertu n’a d’intérêt que si elle transforme les choses en confort. L’idée du bâtiment de dépenser le moins d’énergie possible pour compenser avec les panneaux photovoltaïques en toiture. Nous souhaitions offrir des espaces confortables. Notre devise c’est le bon matériau au bon endroit. Le bois peut être très élégant. Nous avons travaillé avec des éléments en acier là où le bois n’avait pas toutes les qualités pour la durabilité du bâtiment. Le bois peut s’allier au béton. Nous avons dans le lycée un élément qui sert de fond de coffrage et qui fait de l’isolation acoustique. Les éléments de façade arrivaient préfabriqués, on n’avait plus qu’à les assembler. Les éléments de structure étaient débités et travaillés en usine et ils ont assemblés sur site. Cela permet la rapidité de chantier et la réduction des nuisances. Le 2 septembre 2014, les élèves entrent dans le bâtiment. On avait souhaité un bâtiment qui s’insèrent dans le tissu urbain. On voulait le contraste avec ce bois imprégné de bois qui résiste à l’extérieur et le chêne et le pin chauds à l’intérieur. »