Matinale de la construction bois – Les pistes de relance

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Lors de Batimat, le 4 novembre dernier, pour la troisième Matinale de la construction bois sur bati-journal.tv, Stéphane Miget, rédacteur en chef du magazine Planète Bâtiment, réunissait six acteurs de la filière bois-construction pour échanger autour de la relance de la construction bois : Éric Toppan, coordinateur de l’Observatoire économique de France Bois Forêt ; Nicolas Visier, animateur réseau France Bois Régions ; Frank Mathis, président directeur général de Mathis et président de l’association ADIVbois ; Nicolas Delplanque, ingénieur architecte associé, VS-A ; Sébastien Rolly, directeur commercial, groupe Moulinvest ; Geoffroy Dhier, responsable technique, PEFC France.

La troisième lettre d’information de l’Observatoire économique de France Bois Forêt permet aujourd’hui de constater que la construction bois est bien installée dans la construction en général, bien qu’autant impactée que celle-ci par la crise : un pavillon sur 10 est à structure bois, contre 5 % en 2000 ; 27 % de baisse des parts de marché. Tandis que des entreprises licencient malheureusement ou ont fermé, d’autres ont pu se spécialiser, ont investi et sont prêtes à répondre à une reprise du marché. Le bois est un matériau d’avenir, et nous devons nous organiser et nous souder avec les pouvoirs publics pour lui rendre son excellence.

Éric Toppan, coordinateur de l’Observatoire économique de France Bois Forêt

Après son premier essor fulgurant à partir de 2008, rien de propre à la construction bois n’explique cette baisse des parts de marché. Bien que le marché de la construction en général soit insuffisant, le bois a des arguments pour l’avenir : construction multi-étage, bois en ville, bailleurs sociaux de plus en plus demandeurs… Concernant le développement de la filière locale, nous défendons cet axe de prescription : « Du bois, du bois français, du bois local ».

Nicolas Visier, animateur réseau France Bois Régions

Le bois présente des avantages que n’offrent pas les autres matériaux, et la construction bois est aujourd’hui nécessaire : le bois s’avère un matériau compact techniquement – structurellement et thermiquement – qui permet de réaliser en une fois l’ensemble des performances attendues d’une enveloppe ; il répond aussi aux exigences de surface en milieu dense. La construction bois souffre de l’absence d’un appui réglementaire notamment au niveau de la façade : avis techniques et DTU sont des leviers de déblocage.

Nicolas Delplanque, ingénieur architecte associé, VS-A

Le projet ADIVbois était initialement un projet de relance de la filière bois en général, que nous avons jugé utile d’orienter non vers une (re)structuration de la filière, mais en nous basant sur le marché et les exigences des maîtres d’œuvre ou d’ouvrage. Il est apparu que la construction urbaine en hauteur représente un potentiel de développement auquel le bois peut répondre par ses ressources, ses qualités et l’industrialisation des processus. L’association du bois à d’autres matériaux est favorable à la diffusion de son usage, mais proposons de réécrire l’histoire des Trois petits cochons…

Frank Mathis, président-directeur général de Mathis et président de l’association ADIVbois

La forêt française est sous-exploitée. Première et seconde transformations sont présentes et motivées ; nous manquons de soutien financier dans l’investissement industriel accompli, mais nous faisons sans. Le blocage est prégnant en aval de la filière, or pour avoir des références, il faut lever les résistances. À la source, plus la filière sera sur des circuits courts, meilleurs seront les bilans carbone. Il faut rassurer par la communication et la prescription.

Sébastien Rolly, directeur commercial, groupe Moulinvest

La certification apporte des garanties supplémentaires aux clients, valorise l’usage du bois et favorise les entreprises en cultivant la motivation d’achat. Notre réserve actuelle de 5 millions et demi d’hectares de bois certifiés en France garantit le « local » et le « durable ».

Geoffroy Dhier, responsable technique, PEFC France